Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > 20 ans de concurrence régulée pour les trains régionaux allemands

20 ans de concurrence régulée pour les trains régionaux allemands

vendredi 4 novembre 2016, par La rédaction

Très intéressant article de Transport Rail qui dresse un bilan de 20 ans d’ouverture à la concurrence pour les trains régionaux en Allemagne.
 
Lire ceci avec espoir : Allemagne - 20 ans de concurrence régionale
 
Et on en conclut que OUI il faut rapidement faire de même en France, ce sera pour le bénéfice de tous, s’il n’est pas trop tard, les usagers se détournant du train car considérant qu’il n’est plus fiable.
 
Témoin ce professionnel de Perpignan qui était interviewé ce matin 3 novembre à 7 heures sur France Bleu Roussillon. Un responsable de transports qui venait de mettre 13 camions par jour sur les routes la SNCF ne répondant plus à son attente. Voici la retranscription du sujet :
 


Décidément on a un souci avec les trains dans les Pyrénées-Orientales !
 
Oui la ligne grande vitesse entre Perpignan et Montpellier est vous le savez renvoyée aux calendes grecques par les sénateurs, le tunnel ferroviaire des Albères est au bord de la faillite et maintenant et bien plus qu’un seul train de fret par jour entre le marché Saint-Charles de Perpignan et Rungis. Le deuxième vient d’être supprimé. Supprimé à cause des grèves à répétition. C’est du moins l’explication de Salim Cher le directeur d’exploitation des transports Rocca, l’un des exploitants donc de la ligne Perpignan Rungis.
 
« Quand il y a des problèmes à répétition c’est difficile d’augmenter les prix ou de faire venir les clients. En sachant que on n’est pas à l’abri que d’ici une semaine ou deux semaines il y ait un train qui ne parte pas pour divers soucis. Voyez ? Soit une grève... soit un accident de personne, un truc comme ça. Les gens n’ont plus confiance en ce moyen de transport. Un exemple concret : pendant un mois pour la loi El Khomri on a été obligé de pas faire de trains parce que déjà il n’y en avait pas et puis quand il y en avait un et bien on n’était pas à l’abri qu’un mécano c’est-à-dire un conducteur de train se mette en grève une minute avant la prise de son poste, donc et bien le train on l’a plus chargé pendant un mois, et économiquement on s’est... entre guillemets on s’est bouffé les roustons. Ça doit représenter 10 millions d’euros par an à peu près de chiffre d’affaires. On a remplacé le train par des camions tout simplement. 12 ou 13 camions / jour. »
 
Et chaque jour 800 tonnes de fruits et légumes partent du marché Saint-Charles direction Rungis donc désormais avec des camions à la place du 2ème train. Pas très écolo non plus tout ça...
 


 
Mais il n’y a pas que les professionnels qui n’ont plus confiance, tout un chacun, à chaque voyage en train, se pose désormais la question : Vais-je arriver à destination sans problème ?