Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > Auvergne Rhône Alpes souhaite rencontrer les Usagers [MAJ]

Auvergne Rhône Alpes souhaite rencontrer les Usagers [MAJ]

lundi 11 décembre 2017, par La rédaction

[MAJ du 14 Décembre]
Comme l’an dernier lever de bouclier générale des associations et collectifs contre le moment choisi en pleine semaine à 14 heures. L’équipe du Weau insiste pour s’écarter du dialogue avec les usagers. L’ensemble des usagers demande une réunion un soir ou un samedi en janvier et exige qu’il ne s’agisse pas d’un show médiatique à la gloire du président où la parole des voyageurs du quotidien sera laissée de côté.
 
[Article du 11 Décembre]
Après une première convocation des usagers des transports régionaux en décembre 2016 à Lyon par l’inexistant Patrick Mignola, Martine Guibert, la nouvelle élue chargée des transports du conseil régional Auvergne Rhône -Alpes invite les 68 organisations de la grande région à une rencontre à la fois à Lyon et Clermont Ferrand (en simultané) le mercredi 20 décembre à 14h. Une date et une heure une nouvelle fois extrêmement pratique pour les associations et groupes d’usagers !
 
L’ordre du jour prévu est le suivant :
 

- Orientations de la région en matière de Mobilité.
(La presse a suffisamment relaté ce sujet, on avait cru comprendre mais bon)
- Présentation de la nouvelle convention TER entre la région et la SNCF.
(Là aussi la signature présentée comme un exploit du chef a été largement développée dans la presse et d’ailleurs uniquement. Aucune prise en compte des souhaits des usagers)
- Elaboration du futur dispositif de concertation pour les Transports régionaux de voyageurs ; les Comités de Mobilité dans les territoires.
(Comités de mobilité kézaco ? Alors que partout on met en place des comités départementaux de transport et des comités de ligne ? )
- Conclusion.

 
Nous essaierons d’être présents de notre côté et espérons assister à autre chose qu’un exposé du staff lyonnais du Weau. Nous comptons en effet interpeller sur les sujets qui intéressent le haut Allier puisque depuis deux ans il n’a été répondu à aucune de nos questions.