Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil du site > En Train > L’emblématique Train Jaune abandonné par la SNCF et par feu Bourquin : à qui (...)

L’emblématique Train Jaune abandonné par la SNCF et par feu Bourquin : à qui le tour ? Au Cévenol et à l’Aubrac ?

jeudi 11 septembre 2014, par MG

Le train jaune, merveille du transport pyrénéen est en basse d’être jeté aux oubliettes par les comptes à court terme et le désintérêt des collectivités comme la région Languedoc-Roussillon ainsi que de la SNCF. Nous vous en parlons car c’est la conséquence type du tout TGV prôné par les politiques et Pépy depuis des décennies en France. Son cas est exemplaire et il n’a pour sa défense pas grand monde. En transposant un peu les lignes du Cévenol et de l’Aubrac sont un peu mieux traitées, parce qu’elles sont encore nationales.
 
Voici le script du reportage diffusé ce 10 septembre par France 3 LR de la grogne des agents SNCF de cette ligne venus manifester à Montpellier :
 


C’est l’un des trains les plus connus et le plus emblématique de la région. Le Train Jaune. Un train aujourd’hui menacé. La ligne Font-Romeu la Tour de Carol pourrait disparaître en 2016 selon les cheminots qui sont venus se faire entendre.
 
Une vingtaine du personnel du train jaune devant la direction régionale de la SNCF à Montpellier pour demander des garanties sur le maintien de la ligne ferroviaire qui depuis plus d’un siècle assure la desserte de nombreux villages entre Perpignan et la Tour de Carol. Mais la SNCF comme la région ne veulent plus ou ne peuvent plus financer l’entretien de ce train jaune évalué à 125 millions d’euros. La délégation syndicale est ressortie déçue de sa réunion.
 
Julien Berthelemy, délégué CGT SNCF pour le Train Jaune :
« Aujourd’hui ce qu’ils proposent c’est rien justement ! Ils proposent la dégradation des conditions de travail, moins de trains qu’avant, des tarifs qui sont prohibitifs. Voilà ce qu’il se passe et le constat il est clair sur le train jaune : c’est qu’on était à 400 000 voyageurs il y a dix ans et aujourd’hui on est à 180 peut-être... 160. Voilà. On a divisé par deux ou par trois la fréquentation du train parce que les choix politiques qui ont été fait sur le train ils sont pas bons ! »
 
Et à l’échéance de septembre 2015 c’est le tronçon Font-Romeu la Tour de Carol qui pourrait disparaître si aucun financement n’était accordé à temps. Une situation qui pourrait menacer des emplois et restreindre l’offre de transport pour les usagers. Si l’idée d’une création de société à économie mixte pour gérer le train jaune fait son chemin le personnel lui ne comprend pas un tel désintérêt des pouvoirs publics. La direction de la SNCF n’a pas souhaité nous parler devant la caméra mais nous a confirmé son engagement pour le contrat de ligne jusqu’en... janvier 2016.