Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil du site > En Train > Leur directeur confirme l’abandon des Intercités par la SNCF dès (...)

Leur directeur confirme l’abandon des Intercités par la SNCF dès février

samedi 30 janvier 2016, par MG

Edifiant de cynisme et stupéfiante l’interview sur le Parisien ce 30 janvier : Jean Ghédira directeur Intercités depuis l’an dernier, ancien directeur régional SNCF à Montpellier, entérine clairement la politique d’abandon de la société en prenant pour prétexte, le félon, la concurrence de l’autocar et du covoiturage !
 
Alors qu’elle est juge et partie la SNCF ! Puisque le groupe - encore public ? - en détient les plus grosses sociétés nationales Blablacar et Transdev. Et un des directeurs du groupe se met en avant pour, de façon décomplexée, assurer que :
 

  • Non on ne peut plus supporter de faire rouler des trains remplis de seulement 10 personnes, alors que c’est le groupe auquel il appartient qui a tué le train des pays et du quotidien de 30 millions de français, il cite le chiffre lui-même, et ce depuis 50 ans en s’en détournant. Et alors que le rôle des Intercités, ou Train d’équilibre du Territoire, justement c’est d’équilibrer les territoires avec une compensation financière de l’état. Vous me direz l’état en ce moment c’est plutôt Votre correspondant ne répond plus. Sauf pour faire des coups médiatiques.
     
    Puisqu’on est dans le décomplexé et en guerre totale, que son président et son premier ministre bien-aimé annoncent clairement l’abandon de l’équité des territoires, ce sera bien plus clair !
     
  • Oui on va booster les quelques lignes qui marchent avec des tarifs attractifs : c’est trop tard les petits amis. Les habitudes sont prises et il est très difficile de faire remonter dans un train des usagers qui s’en sont détournés pour plein de bonnes raisons : non ponctualité, non régularité, confort moyen, absence de prises électriques dans les anciens Corails, toilettes condamnées etc. Les gens veulent un moyen de transport sûr, la SNCF le sait bien qui fait tout pour que ses TGV, les trains de riches, soient à l’heure en faisant patienter sur le bas côté les trains des pauvres, ceux du réseau ferroviaire historique du quotidien.
     
  • Après l’appel aux entreprises concurrentes qu’elle va lancer dès ce mois de février, dixit le directeur des TET, pour les lignes dont elle veut se débarrasser, nous conseillons à la direction SNCF ensuite de se recycler dans le spectacle, tiens le cirque au hasard, puisqu’elle propose déjà un bon lot d’animations dans les gares pour faire patienter l’usager grognon. Qu’elle se reconvertisse dans les clowns et le jonglage ça lui ira comme un gant.
     

En tous cas
 

  • Elle nous aura fait beaucoup rire depuis les années 90.
  • Elle aura fait croitre d’une façon radicale l’utilisation des véhicules personnels pollueurs de la planète,
  • Elle aura bien nourri les taxis et autres transporteurs palliatifs,
  • Elle aura fait perdre à ses derniers usagers énormément en terme d’efficacité et de ponctualité. Pour le boulot et les études par exemple.
  • En résumé elle aura emmerdé tout le monde. Et toujours au prix d’un billet excessif.
     

Nous prédisons à la SNCF de biens mauvais jours. Après les Intercités ce sera les TGV qui sont déjà en déficit. En fait nous avons affaire à une société dite ferroviaire, figée, incapable de la moindre évolution d’elle-même, attendant tout des politiques, principalement les financements qu’elle engloutit sans rendre de comptes, dont les dirigeants se fichent du coeur de métier et de son âme. Depuis des lustres.
 
Vite, la concurrence ! Pour le bien de tous.
 

L’article du Parisien :
 

JPEG - 392.9 ko