Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > Quand la SNCF veut pas elle veut pas : dans l’Aude

Quand la SNCF veut pas elle veut pas : dans l’Aude

dimanche 8 novembre 2015, par La rédaction

Et tous les prétextes sont bons, là dans ce cas c’est : on n’a pas assez de personnel. Car tout est prêt pour la rénovation de la ligne Carcassonne Quillan, financements y compris.
 
Une bien belle société dite ferroviaire très présente quand il s’agit de tuer toute activité en zone rurale.
 
Le script du sujet de France 3 Languedoc Roussillon du 6 novembre 2015 à 19h00 :
 


Pelles et pioches en main environ cinquante personnes ont manifesté ce matin à Limoux, elles demandent le lancement des travaux de rénovation de la voie ferrée, le financement est bouclé, mais Réseau ferré de France reporte le chantier en raison d’un manque de personnel.
 
A force d’attendre les élus et les usagers de la ligne ferroviaire Carcassonne – Quillan ont décidé de faire eux même les travaux.
 
Yvan Efratas, défenseur de la ligne Carcassonne - Quillan :
« Je suis en train de désherber la voie de chemin de fer pour prouver à la SNCF qu’il y a assez de travailleurs disposés à faire les travaux ! »
 
Une action symbolique pour un combat vieux de sept ans maintenant. L’association de défense de cette ligne ferroviaire a obtenu une enveloppe de onze millions d’euros pour financer le chantier de rénovation. Des travaux qui ont sans cesse été reportés, d’abord en 2008, puis en 2014, pourtant sur les rails rien n’a bougé.
 
Marie-Ange Larruy, membre association Ligne Carcassonne – Quillan :
« On est là pour dire que il y en a mare, qu’on souhaite que ça commence le plus tôt possible, c’est à dire on souhaiterai que les travaux soient fait en 2016 parce que bon pour l’avenir on sait pas trop ce que ça va donner. »
 
Entre temps la ligne vieilli et se dégrade de plus en plus. Difficile d’imaginer ce que seront les priorités de réseau ferré de France, a situation financière de l’Etat et de la nouvelle région dans trois ans, nouvelle année retenue pour lancer les travaux.
 
Patrick Bacot, président association de défense ligne Carcassonne - Quillan :
« On a vu en 2008 le chantier nous filer entre les mains et partir dans les PO, voilà ce qu’on craint, et bien sur la mobilisation aujourd’hui c’est pour dire et faire entendre à tout le monde nous sommes mobilisés, extrêmement mobilisés vous nous ferez pas le coup ! »
 
Chaque jour 750 usagers empruntent cette ligne, elle joue aussi un rôle important pour le développement et l’économie de la haute vallée de l’Aude.