Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > Scandale : l’Etat refuse 1 milliard de l’Europe pour la LGV Montpellier (...)

Scandale : l’Etat refuse 1 milliard de l’Europe pour la LGV Montpellier Perpignan

vendredi 15 décembre 2017, par La rédaction

Les différents gouvernements successifs pleurent à longueur de médias pour faire passer le message aux citoyens : il n’y a plus d’argent dans les caisses.
 
Mais pas pour tout si l’on en croit un parlementaire gardois : l’Etat, pour le ferroviaire par exemple alors que tout lui coûte trop cher quand on l’écoute, et pour les seuls projets qu’il veut imposer avec la SNCF, soit le TGV à tous prix au détriment des lignes du quotidien, se permet de ne pas faire appel au financement européen. Un financement broutille, une aide d’un si petit milliard d’euros !
 
C’est ce qu’a découvert le député européen nîmois Franck Proust, qui a pourtant milité fortement pour la gare TGV de Manduel vers Nîmes :
 
"Malheureusement, c’est trop tard pour toucher cette somme. Un véritable gâchis, selon lui, dont l’Etat est le seul et unique responsable. Il y a quelques mois, le Gouvernement avait fait savoir que ce tronçon Montpellier-Perpignan n’était pas une priorité." ajoute la rédaction de France Bleu Gard Lozère dans ses journaux du matin. Le député européen dit aussi que "Le Gouvernement français a traîné pour déposer un dossier devant la commission européenne qui délivre les enveloppes pour les constructions des infrastructures."
 
Quand on voit cette gabegie, tous les beaux discours des uns et des autres sur les difficultés pour la réhabilitation des trains du quotidien, en deviennent au minimum risibles. Oui la SNCF et l’Etat sont bel et bien complices dans l’abandon du réseau historique, celui que les citoyens empruntent tous les jours.

Répondre à cet article