Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > Tous ensemble ! > Trains du Massif central : Rassemblement à Marvejols le 11/04/2018 (...)

Trains du Massif central : Rassemblement à Marvejols le 11/04/2018 [MAJ]

samedi 7 avril 2018, par La rédaction

Message du Comité Pluraliste de réhabilitation, de Défense et de Promotion de la ligne SNCF Béziers-Millau-Neussargues-Clermont Ferrand :
 
Pour une Lozère vivante Il faut conserver, moderniser, développer le service public ferroviaire.
 
La réforme gouvernementale de la SNCF préparée à partir des rapports « Duron » et
« Spinetta » condamne les voies ferrées lozériennes à leur fermeture.
 
Les lignes Béziers-Neussargues, Clermont-Nîmes, Le Monastier-Mende-La Bastide, appelées « Grand H lozérien » serait liquidé. Ces lignes solidaires sont un enjeu majeur pour la Lozère et plus largement pour le Massif Central menacé de devenir « zone blanche » du rail.
 
Le Comité Pluraliste appelle ses adhérents, les usagers, les populations, les élus, les
associations, les organisations à venir nombreux au rassemblement en gare de Marvejols
 
mercredi 11 avril à 10 heures pour dire :
- NON à la suppression du « Grand H » lozérien ferroviaire,
- OUI à une Lozère vivante avec des services publics.
 

Nous sommes aux côtés des cheminots en lutte. Le statut des cheminots est garant d’un service public ferroviaire de qualité.
 
Départ Béziers 6h38, Bédarieux 7h14, Le Bousquet d’Orb 7h26, Lunas 7h30, Les Cabrils 7h38, Ceilhes 7h44, Montpaon 7h52, Tournemire 8h10, St Rome de Cernon 8h18. St Georges de Luzençon 8h25, Millau 8h37, Séverac 9h05, Campagnac 9h19, Banassac 9h33, arrivée Marvejols 9h52.
 
Retour départ Marvejols 12h 09, arrivée Béziers 15h20.
 
Apéritif en gare de Marvejols, et repas tiré du sac.
 
[MAJ]
 

-  Reportage de France 3 Occitanie Languedoc Roussillon du 11 avril 2018, JT de 12h00 :
 

 
Le texte :
 


La Lozère a besoin de ses trains c’est en substance le message du comité qui manifestait ce matin à la gare de Marvejols. 3 lignes sont particulièrement menacées, le fameux H lozérien. Nous vous détaillons les revendications du comité.
 
Ils sont près de 200 à être venus manifester ce matin pour la sauvegarde du service public ferroviaire et la défense du H lozérien. Le H lozrien c’est trois lignes qui couvrent l’ensemble du département. À l’est la ligne Nîmes Clermont-Ferrand, à l’ouest la ligne Béziers Neussargues et le Monastier Labastide qui les relie. Des petites lignes aujourd’hui menacées particulièrement par le rapport Spinetta qui souligne leur non rentabilité, des petites lignes pourtant indispensables au département . Je vous propose d’écouter Guy Malaval le président de l’association de défense du Cévenol la ligne qui relie Nîmes à Clermont-Ferrand.
 
Guy Malaval, Président de l’association de défense du Cévenol :
« Il n’y a pas d’autres alternatives. On a effectivement le premier TGV à une heure et demie, l’autoroute aussi à plus d’une heure, donc voilà. Et puis les routes des Cévennes et les routes de montagne ne sont pas utilisables par les bus. »
 
La manifestation est organisée par le comité pluraliste qui œuvre à la défense de la ligne Béziers Neussargues, ils sont aussi venus montrer leur soutien à la lutte des cheminots.

- Reportage de France 3 Occitanie Languedoc Roussillon du 11 avril 2018, JT de 19h00 :
 
Le texte :
 


En plein conflit à la SNCF le moins que l’on puisse dire c’est que le plan de réforme gouvernemental laisse sceptiques les lozériens. Témoin ce rassemblement ce matin en gare de Marvejols. 200 personnes ont réclamé des garanties sur le maintien et la modernisation des petites lignes vitales pour le département.
 
Ils sont arrivés en train ce matin, usagers, élus, syndicats, rejoints par des lozériens pour défendre leurs petites lignes.
 
Gérard Mercadier, Usager venu du Pont-de-Monvert :
« On considère qu’on a les mêmes droits que tous les autres français, droits à un transport public, comme les parisiens, comme les gens de Marseille ou d’ailleurs. »
 
Des lignes aujourd’hui menacées par le rapport Spinetta : pas assez rentables elles sont pourtant indispensables.
 
Guy Malaval, Président de l’association de défense du Cévenol :
« Il n’y a pas d’autres alternatives. On a effectivement le premier TGV à une heure et demie, l’autoroute aussi à plus d’une heure, donc voilà. Et puis les routes des Cévennes et les routes de montagne ne sont pas utilisables par les bus. »
 
L’état a promis le maintien de ces lignes mais les usagers dénoncent aujourd’hui un abandon du service public ferroviaire.
 
Jacky Tello, Président Comité pluraliste de défense ligne Béziers – Neussargues – Clermont-Ferrand - Paris :
« On abandonne l’entretien petit à petit, on réduit la vitesse, et donc comme l’entretien est adapté à la fois au nombre de trains et à la vitesse, il y a plus d’entretien du tout et on met une fermeture administrative pour pas mettre en danger la sécurité des circulations. »
 
Présents aussi aujourd’hui les élus du conseil régional venus dénoncer le désengagement de l’état au détriment de la région.
 
Aurélie Maillols, Vice-présidente à la région Occitanie en charge de la montagne et de la ruralité :
« C’est une façon de faire, une méthode qui ne nous convient pas et on ne se laissera pas faire. On continuera à dire que l’état tente de faire porter la responsabilité aux régions. Ce n’est pas de notre responsabilité. »
 
Du côté de l’état le projet de loi de la réforme ferroviaire est débattu en ce moment même à l’assemblée nationale.

- Sujet de France Bleu Gard Lozère du 12/04/2018 à 7h :
 
Le texte :
 


Les trains d’équilibre du territoire survivront-ils à la réforme de la SNCF ? Et quel avenir donc pour le Clermont-Béziers ou le Clermont-Nîmes, le cévenol ? Carole Delga a beau dire qu’elle n’est pas d’accord avec la réforme telle que présentée par le Gouvernement et que la région maintiendra les petites lignes et la tarification sociale. Cette assurance de la présidente de la région Occitanie ne suffit pas à rassurer élus locaux et syndicalistes. Ils étaient 200 à manifester ce matin en Lozère dans la gare de Marvejols, des manifestants venus de plusieurs départements à bord justement du Béziers-Clermont.
 
Le train rempli de 200 manifestants arrive en gare de Marvejols. Jacky Tello, président du comité pluraliste de défense des trains en Lozère, descend du train en premier.
 
« Pour défendre le service public ferroviaire dans le département de la Lozère c’est-à-dire à la fois la ligne du cévenol, de l’Aubrac et du barreau qui relie les 2 lignes par Labastide, Mende, Marvejols. »
 
Il est suivi de près par des usagers, pour la plupart retraités comme Claude. Elle a un premier message.
 
« Et on veut le train, on veut pas de bus. »
 
Puis un second.
 
« Il faut garder le train déjà pour toutes les personnes handicapées, pour tous les jeunes scolaires. Il faut le train donc il faut se battre. On est là pour ça. »
 
Marilyne, qui habite Marvejols, résume.
 
« Si on n’a plus ça, on a quoi, nous ? On est un département qui meurt. On peut nous rayer de la carte. »
 
En Lozère, plus petit département de France, il n’y a que la voiture pour se déplacer. C’est le constat de Jacky Tello.
 
« Ça veut dire que les personnes qui ont des difficultés à se déplacer, les personnes qui sont seules ou les personnes qui ont les moyens réduits, ils auront plus le droit de voyager, de se transporter d’un point à un autre, d’aller à l’école, d’aller à l’hôpital se faire soigner ou autre. C’est ça qui est inconcevable. »
 
La manifestation s’est terminée par une prise de parole.
 
« L’action par la grève des cheminots redonne confiance et espoir dans la construction d’un nouveau monde. »
 
Un dernier message de soutien aux cheminots en grève.

Répondre à cet article