Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > A quoi faut-il s’attendre pour le ferroviaire en Occitanie et pour le train (...)

A quoi faut-il s’attendre pour le ferroviaire en Occitanie et pour le train Cévenol ?

vendredi 17 novembre 2017, par La rédaction

Un colloque régional sur le ferroviaire avait lieu à Toulouse lundi 13 novembre dernier. Le collectif citoyen de défense de la gare de Villefort y était et nous en a fait un compte-rendu plein d’enseignements. Merci à eux de nous autoriser à le publier.
 
En résumé toutefois si vous ne voulez pas tout lire sachez que :
 

  • Le train Cévenol aura un statut de TER à partir du 9 décembre mais un TER particulier... Outre les rames neuves qui vont arriver, l’entretien de la voie et des ouvrages d’art restent à la charge de l’Etat. C’est dont un nouveau terme de « Inter-régional » qui lui sera attribué.
  • Pour l’Aubrac la situation est beaucoup plus tendue, expérimentation sur deux ans mais après ?
  • 3 catégories désormais pour les TER dont les « Proxi » qui seront ceux qui circuleront chez nous avec une desserte fine du territoire.
  • L’état du réseau ferroviaire de l’ex région Languedoc Roussillon est très mauvais sauf la ligne Perpignan Marseille car n’ayant pas été renouvelé, on peut remercier les tonitruants feu Frêche et Bourquin, tandis que celui de l’ex Midi-Pyrénées est parfait suite au plan Rail du plus discret Martin Malvy l’ancien président de région.
  • En milieu rural le sentiment est général : partout on dénonce l’abandon, l’éloignement des services publics.

 

Voici le compte-rendu complet de nos amis villefortais :
 


Etaient présent(e)s Carole Delga Présidente de la région, Jean Luc Gibelin Vice Président de OPM,Jacques Rascol Directeur SNCF Mobilités OPM, Messieurs les directeurs SNCF Réseau, SNCFFret, et de nombreux représentants CGT Cheminots, un expert de SECAFI ainsi qu’une assembléetrès nombreuse composée de cheminots, d’associations de défense de ligne, et , d’usagers (env. 350personnes).
 
Ce colloque a été organisé par les deux CER ex Midi-Pyrénées(MP) et ex Languedoc Roussillon (LR).
 
La réunion s’est déroulée en 2 phases :
 
1) TER Quels moyens pour répondre aux besoins des usagers et aux exigences du service public ?
 
Quelques constats préliminaires :
 
L’Occitanie (OPM) est une région très peuplée avec près de 5.7 Millions d’habitants et une démographie en forte hausse car près de 50 000 personnes s’installent sur notre territoire chaque année dont une majorité d’actifs d’où un besoin de mobilité accru mais cette répartition de la population est très inégale on le sait la Lozère et le Gers étant les parents pauvres...
 
Au niveau du réseau ferroviaire, des fortes disparités s’observent également, en effet du côté MP grâce au Plan Rail de Martin Malvy la plupart des lignes sont en très bon état sauf Montréjeau/Luchon et Rodez/Séverac. Pour cette dernière, qui pour nous Lozériens est capitale car nous reliant à Toulouse, elle va fermer le 9 décembre pour réaliser des travaux d’urgence d’un montant de 4 Millions d’Euros.
 
En LR par contre les lignes n’ont pas eu de RVB (renouvellement voie et ballast) hormis la ligne côtière Perpignan/ Marseille...De nombreuses lignes sont dans un état beaucoup plus fragile... à l’instar de Marvejols/Belvezet.
 
Globalement le trafic voyageur en OPM est passé de 13 à 21 millions de voyageurs sur les TER entre 2010 et aujourd’hui et le budget régional pour le fer s’élève à 290 Millions d’Euros.
 
Carole Delga a rappelé les 6 lignes prioritaires à renouveler ou ré-ouvrir :

  • Montréjeau/Luchon,
  • Rodez/Millau,
  • Le train jaune,
  • Alès/Bessèges,
  • Carcassonne/Quillan,
  • et la Rive Droite du Rhône.

 
Jean Luc Gibelin a lui assuré la mise en place des comités départementaux remplaçant les anciens comités de ligne disparus pour notre ligne en 2010. Cependant aucune date n’a été apportée pour chacun des différents sujets et c’est bien regrettable, on imagine la complexité des négociations avec une SNCF dont l’Etat se désengage totalement et qui veut faire des économies...Bref, ce n’est pas rose même si la Région porte une belle volonté...
 
Mais pour vous donner une idée de la bataille à mener, SNCF entend fermer des guichets à Narbonne, Cahors et Carcassonne, du coup, Villefort dans la balance.... ??!!!!
 
Pour terminer les TER seront divisés en 3 catégories : les « TER Proxi » seront ceux qui circuleront chez nous avec, comme ils appellent, une desserte fine du territoire.
 
2) Mobilités en OPM : Intercités, trains de nuit, TGV, Fret... Quels engagements pour desservir l’ensemble des territoires et satisfaire les besoins des usagers ?
 
Evidemment partout en milieu rural ces sentiments d’abandon , d’éloignement des services publics sont ressentis par la population...
 
Au sujet des IC, en ce qui concerne notre Cévenol il a un statut de TER à compter du 9 décembre mais un TER particulier... En effet les rames neuves arriveront prochainement, et l’entretien de la voie et des ouvrages d’art restent à la charge de l’Etat. C’est dont un nouveau terme de « Inter-régional » qui lui sera attribué.
 
Pour son cousin, l’Aubrac, là la situation est beaucoup plus tendue, expérimentation sur deux ans mais après ??
 
La région a remis en circulation l’IC de nuit Cerbère/Toulouse/paris et a alerté sur le danger qui plane à compter de janvier sur le seul et unique train de nuit en Massif Central le Rodez/Paris si pratique pour les Lozériens !
 
Pour le FRET, son directeur ne doit pas être fier de présenter un bilan aussi désastreux à savoir qu’il ne représente plus que 10% contre 30% du total des marchandises transportées en à peine 20 ans, de gros écumages dans les effectifs ayant été réalisés, la situation est tendue et la SNCF refuse par exemple à Perrier à Vergèze de doubler le nombre de trains … Tout va bien alors, vous ne trouvez pas ??!!!Quelle honte, non ? Quand on connaît l’importance des émissions de gaz du transport routier sans compter l’encombrement des routes par les camions.
 
Alors les bla bla des médias et politiques avec la COP 21 dans tout ça ?
 
Enfin en ce qui concerne le TGV je ne vais aborder que ce qui nous concerne le CNM
(contournement Nîmes/Montpellier) là aussi un pas beau dossier du tout !! Oh que non !!!
 
Un budget énorme, un partenariat privé / public et c’est Eiffage qui encaissera les péages des 4 TGV et 2 IC quotidiens qui emprunteront cet axe avec une quarantaine de trains de FRET... Vous imaginez dépenser des milliards d’euros pour une poignée de trains voyageurs et après on nous dit que Alès Bessèges ou Belvezet Mende c’est pas possible.... Deux poids, deux mesures !
 
Bref, même si il y a une forte volonté de la part du Conseil Régional, il va falloir se battre et ne pas se décourager pour notre gare de Villefort : rester mobilisé(e)s et l’utiliser le plus possible car nos achats sont un vrai pouvoir politique que nous avons entre nos mains. Mais c’est vrai que par rapport au désengagement total de la part de la région Auvergne Rhône Alpes, on peut un peu relativiser et voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide.
 

Un grand merci pour ce point Alex.