Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > Actualités > Abandonné par la SNCF le Lyon Bordeaux direct proposé par la coopérative (...)

Abandonné par la SNCF le Lyon Bordeaux direct proposé par la coopérative Railcoop en 2022

mercredi 10 juin 2020, par La rédaction

Sans passer par Paris. Enfin ! C’est une excellente nouvelle pour le Massif central, le Centre et la mobilité : délaissée, supprimée et rendue impossible depuis le 9 décembre 2012 par la société nationale dite ferroviaire et l’état cette liaison transversale évidente et directe qui desservait Libourne, Périgueux, Limoges, Saint-Sulpice-Laurière, Guéret, Montluçon, Gannat, Saint-Germain-des-Fossés et Roanne va reprendre du service puisque la coopérative lotoise citoyenne Railcoop dont on vous a déjà parlé ici va la reprendre et la rouvrir en 2022.
 
Le temps de parcours total sera de 6h47, plus lent que la connexion via Paris, mais selon Railcoop : "Il y a une vraie demande pour des services ferroviaires directs, confortables, sûrs, à un prix abordable et pour lesquels l’enjeu de vitesse est secondaire".
 
Comme ils ont raison.
 
Sans subventions publiques !
 
Mais comment vont-ils faire ? Railcoop c’est une offre de services complémentaires au service public, disent-ils, qui s’inscrit dans le cadre des services librement organisés. Concrètement ils feront rouler des trains de passagers et de marchandises sans subvention publique. Ils assureront des services grandes lignes nationales et internationales, de jour comme de nuit ainsi que des dessertes locales utiles aux territoires.
 
De jour comme de nuit ! Mais la SNCF va devoir rouvrir les gares ? Et assurer à nouveau un service la nuit ? Comment vont-ils y arriver ? A moins que la coop décide de s’en passer et c’est certainement possible.
 

PNG - 1.1 Mo

 
Citoyens préoccupés de l’avenir de nos territoires, dépêchez vous de devenir sociétaires de l’organisation, pour :
- décider lors des réunions, un vote = une voix, et bien sûr...
- partager les bénéfices monstrueux qu’elle va engendrer.
 
C’est ici.

Répondre à cet article