Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil du site > Actualités > Défaillante SNCF : les haltes d’Auvergne abandonnées. Ultimatum des Usagers (...)

Défaillante SNCF : les haltes d’Auvergne abandonnées. Ultimatum des Usagers pour celle d’Alleyras [MAJ]

vendredi 6 juin 2014, par MG


[Mise à jour du 6 juin]
SNCF Auvergne vient de nous répondre, confirmant ce qui avait été dit dans la presse, notamment sur le rafraichissement de l’aubette qui aura lieu cet été. Dont acte. Voici la lettre. On attend toujours un système d’infos des retards en temps réel et un changement des lampadaires très vétustes et indignes d’un site capital des Gorges du Haut-Allier au centre du futur parc régional.

réponse SNCF TER du 5 juin 2014 {JPEG}


[Mise à jour du 20 janvier]
Plein de réponses au problème dans la page de la Montagne parue ce jour en bas de page.

 
[Article du 9 janvier 2014]
 
Témoin de l’abandon des usagers de la part de la société dite ferroviaire : sur la ligne des Cévennes, dans les gorges de l’Allier, zoomons par exemple sur une gare - halte, elles sont toutes gérées par la SNCF, celle d’Alleyras, entre Chapeauroux / Le Nouveau Monde et Monistrol d’Allier. Ces deux dernières disposant chacune d’une gare voyageurs bien entretenue, avec guichet, une équipe d’agents SNCF et de panneaux clairs d’information,
 
Ce n’est pas le cas d’Alleyras. Sauvée in extremis de fermeture par notre collectif il y a quatre ans, elle bénéficie désormais de 4 arrêts des trains régionaux Auvergne par jour, comme ses voisines de Chapeauroux et Monistrol, mais l’état de sa halte est complètement laissé à l’abandon. Elle ne dispose d’aucun personnel sauf des agents qui viennent faire "un tour" dans les gorges presque quotidiennement pourtant, Jugez plutôt :
 

  • Aucun panneau d’affichage des départs et arrivées en temps réel, pourtant essentiel pour être informé des retards et ils sont malheureusement nombreux. Si l’on s’inquiète il faudra trouver un espèce de poteau gris avec une machine diabolique appelée téléphone dont il faudra soulever le cornet, sans se faire piquer par l’essaim de guêpes qui y niche souvent, puis tourner la manivelle pour appeler on ne sait qui, rentrer la tête au niveau du combiné fixe attaché au poteau, puis demander le renseignement voulu. En général : est-ce que le train que j’attends passera ? s’agit-il d’un retard ou est-il annulé ? Tout ceci est ubuesque. Pire, le soir il n’y a souvent pas d’éclairage, ni du papier qui sert d’information, ni de la machine vermoulue qui fait office de téléphone.


L’appareil dangereusement moisi qu’il ne faudra pas hésiter à manoeuvrer pour s’informer
 

  • Aucun message d’information sonore par haut-parleurs non plus bien entendu. Pas de système de sonorisation ici. Sans doute pour la tranquillité des voisins.
  • A la tombée du jour, l’hiver vers 17h, aucun éclairage prévu ni pour le papier "d’information", ni le renfoncement avec banc qui fait office d’abri pour les voyageurs, et maintenant plus du tout de lumière sur les quais, les trois lampadaires sont en panne. Quand ils ne le sont pas, ça clignote toute la nuit. Les usagers qui arrivent ou qui partent d’Alleyras apprécient l’accueil.


Un des trois lampadaires tous rouillés datant de la guerre de 14 voire avant. On se demande si les ampoules ont été changées depuis
 

Nuit totale à la gare d’Alleyras tous les jours 5 minutes avant l’arrêt du train du soir. Attention à la marche...
 

  • Etat de la voie ferrée minable au niveau de la gare, envahi par les herbes. On se demande qui fait le désherbage, l’entretien courant. Les traverses en bois sont également toutes fendues...


Sans commentaires
 

  • Mauvais état extérieur du local faisant office de halte : la peinture est toute écaillée. Il y a-t-il eu un coup de peinture depuis 30 ans ?


 

  • Accès à la gare - halte très très discret et très mal signalé : il faut comprendre qu’on ne doit pas passer par la rue principale du Pont d’Alleyras, par l’ancienne gare, puis traverser les voies au péril de sa vie mais que l’on doit garer sa voiture sur la route départementale en contrebas d’un talus, pour monter par un sentier de terre et passer entre deux poteaux de grillage... Accès impossible aux handicapés et difficile l’hiver pour les personnes âgées.


Montez sur le talus, glissez. Réessayez encore une fois pour voir
 

  • Dysfonctionnement du seul aiguillage qui oblige fréquemment les riverains à aller arrêter en pleine nuit la sonnerie d’alarme qui se déclenche sans prévenir et ce à grands coups de masse !


Le seul aiguillage de la gare d’Alleyras qui en fait voir de toutes les couleurs aux riverains
 
On peut, nous sommes tous d’accord, s’interroger sur l’efficacité de la division Gares et Connexions de la SNCF Auvergne, non ?

Si rien n’est fait d’ici le 15 février le collectif des Usagers des Transports du Haut-Allier aura l’honneur de réunir presse et médias pour une émouvante cérémonie : l’installation de deux éclairages solaires autonomes pour le panneau d’information et l’abri (50 euros) et le passage d’un coup de peinture de couleurs respectant l’environnement sur le bâtiment par le Gang des Peinturlureurs Volontaires.

 

Dans les médias :

  • France Bleu Pays d’Auvergne lundi 13 janvier 7 heures 50 le Collectif des Usagers des transports du Haut-Alier est l’invité de la Rédaction. Audio ci-dessous.
MP3 - 3.3 Mo

 

  • Zoom d’ici Haute-Loire du vendredi 17 janvier 2014 :


 

  • La Montagne édition régionale du lundi 20 janvier 2014. Une pleine page et un maximum de réponses à nos questions (merci à Emmanuel pour le scan) :
JPEG - 1.9 Mo

 
Cet article est également publié sur le site Alleyras Capitale.

3 Messages de forum

  • Bravo, vous êtes géniaux ! Qu’il s’agisse du ton bien grinçant du "diagnostic de la situation actuelle" ou de "la pertinence de la démarche" que vous envisagez pour sensibiliser les "décideurs" (dont nous savons que plus ils sont nombreux, moins ils "décident").
    Ça pourrait marcher : dans mes déjà lointaines années-Lozère, après des mois et des mois de téléphone moins qu’intermittent dans tout le hameau pour cause de câble attaché aux arbres avec suffisamment de mou pour traîner dans les eaux du Lot, et après une demi-douzaine de démarches infructueuses auprès de l’opérateur, j’avais contacté le secrétaire de la préfecture pour lui signifier qu’en désespoir de cause, je prévoyais d’organiser une session de formation aux émissions de signaux de fumée en présence de la presse locale. 48 heures plus tard, le gros camion 4x4 de France-télécom était là... Bonne chance !

  • Bravo, continuez à vous bagarrer, il faut sauver la ligne du haut-Allier dont les paysages sont magnifiques. Si la SNCF et les pouvoirs publics étaient un tant soit peu intelligents, ils comprendraient l’intérêt touristique de ces lignes, outre la nécessité économique pour les habitants de ces villages.