Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > En Auvergne Rhône Alpes SNCF Réseau orchestre son plan de fermeture des (...)

En Auvergne Rhône Alpes SNCF Réseau orchestre son plan de fermeture des lignes pour le train Cévenol et Grenoble Veynes Gap

vendredi 8 février 2019, par La rédaction

Après notre rencontre d’hier avec la Vice-Présidente chargé des transports de la région AuRA, Martine Gubert, et à la lecture du communiqué matinal de l’association pour la défense de l’Etoile ferroviaire de Veynes, on voit une convergence de situations évidente : SNCF Réseau mène par le bout du nez les élus, les usagers, et fait en sorte de mettre l’état devant le fait accompli.
 
Pour la ligne Clermont-Ferrand Nîmes
 
Sur la ligne des Cévennes après avoir refusé de faire les travaux annuels pourtant budgétés en 2018, après la même situation de coupure de plus de deux mois qui se profile en 2019 pour des travaux "d’entretien" non structurants, SNCF Réseau, qui refuse toujours pour le moment de recevoir l’association pour la célébration des 150 ans de la ligne Clermont Nîmes en 2020, organise les fermetures qu’elle menace d’effectuer début 2020 pour la ligne du Cévenol, en 2021 pour la ligne Grenoble Gap.
 
L’inquiétude est telle chez les élus, même à la région, que désormais leur seul recours est l’état, avec une décision définitive prise, soit-disant en concertation avec ces régions, à fin mars de cette année, par le préfet Philizot, chargé par le gouvernement d’établi un nième diagnostic et une hiérarchisation des chantiers prioritaires.
 
Pour la ligne Grenoble Gap
 
Après avoir travaillé durement sur une convention entre collectivités, région, état, usagers, en vue de la revitalisation économique de l’axe alpin traversé par cette ligne, un document qui a été signé par tous les acteurs (!), une étude a été commandée "pour confirmer ou infirmer le bien fondé de cette revitalisation" . On croit rêver. C’est cette phase qui achoppe selon la vice-présidente aux transports depuis un changement de préfet en PACA. Sachant que les préfets changent tous les deux ans on n’est pas sortis des problèmes.
 
Dans tous les cas, l’État doit cesser de jouer la carte des atermoiements dit l’association. Tous les autres acteurs (dans l’ordre chronologique : Métro de Grenoble, Région AuRA, Département de l’Isère) ont fait savoir qu’ils étaient prêts à financer les travaux dans le cadre du « Contrat de plan Etat-Région » actuel, qui prend fin en 2021.
 
Les usagers et élus pour faire pression invitent :
 
"Samedi 2 mars, en gilets jaunes et écharpes tricolores, élus, usagères, cheminots, pour rappeller au gouvernement de Monsieur Macron qu’il est désormais seul responsable de la menace qui demeure sur la vie de cette ligne utile à 1000 personnes chaque jour. Elle constitue le seul lien ferroviaire entre les Alpes du Nord et les Alpes du Sud, de Grenoble jusqu’à Marseille et ses potentialités notamment touristiques sont énormes : les territoires traversés et les élus attendent le développement qu’elle mérite."
 
Pour l’heure, après avoir rencontré quatre régions sur les douze prévue hors Corse il analysera la situation d’AuRA avec Martine Guibert assez rapidement, nous a-t-elle dit. Il fera des propositions d’ici fin avril pour ces deux lignes comme pour d’autres par exemple Clermont-Ferrand Montluçon.
 
Qu’on ne s’y trompe pas, on a donc en définitive une situation où SNCF Réseau s’amuse avec l’état, à qui elle renvoie la balle, elle qui refuse de faire la maintenance de ses lignes et qui va volontairement provoquer leur fermeture. On connaissait la haine de l’organisme pour son réseau historique, un réseau qui l’emm... pour parler cru. Là on va retirer au centre de la France, au massif central, ses dernières artères vitales.
 
SNCF Réseau n’en est pas à son coup d’essai : avec ses agents infiltrés partout, y compris au sein même des directions transports des régions, c’est bien elle qui a provoqué la fermeture de toutes les lignes des pays d’Auvergne par le passé, sous divers excellents prétextes.
 
Elle qui surfacture pour que toute initiative publique soit plus difficile ou impossible à mettre en oeuvre, Elle qui freine des 8 pieds, lorsque des élus décident de rouvrir une ligne. Les ordres viennent bien de la tête du groupe, de notre ami Pépy et de ses péptos. Le bonhomme, ses mensonges et ses décisions, auront fait des dégâts énormes pour la mobilité en France.

Répondre à cet article