Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > Actualités > Ligne du train Aubrac : le gouvernement Macron pencherait pour sa fermeture (...)

Ligne du train Aubrac : le gouvernement Macron pencherait pour sa fermeture [MAJ]

mercredi 6 octobre 2021, par La rédaction

Selon une indiscrétion, il semblerait que malgré les nombreuses actions des élus locaux et régionaux, des communes, des usagers depuis un an regroupés au sein de la mobilisation #Urgence Aubrac, malgré le financement par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, l’Etat et la Région Occitanie, de travaux d’urgence à hauteur de 11 millions d’euros qui permettra la réouverture de la ligne en novembre, les décideurs en place demeurent insensibles aux arguments avancés et à la nécessité d’un service de mobilité respectueux de l’environnement pour les populations du sud du Massif central.
 

 

 
On note pourtant une forte mobilisation pour le maintien du train Aubrac : sur les réseaux sociaux, avec les pétitions, et les multiples demandes des élus faites depuis plus d’un an. Par exemple la pétition qui rassemble plus de 5000 signatures à ce jour.
 
Plus aucun train ne circulerait sur le viaduc de Garabit ?
 
Alors que ce dernier est classé à l’UNESCO, alors qu’il force l’admiration de tous ? Ah si le viaduc et le Cantal étaient déplacés en région parisienne nul doute que tout serait fait sans compter pour assurer à la ligne un avenir resplendissant mais voilà le Massif central n’intéresse pas suffisamment, sauf 2 mois d’été, les bobos et grands décideurs parisiens.
 

 
Tout l’avenir économique du pays se jouerait encore en 2021 dans la capitale centralisatrice ? C’est pourtant bien faux dans de nombreux domaines. Alors que cette centralisation ferroviaire, et routière, de et vers Paris est un des plus gros handicap du pays, l’état stratège et accapareur a pour devoir de faire diminuer cette concentration outrancière en redonnant liberté et moyens aux régions et à leurs grandes villes, dans le domaine de la mobilité ferroviaire d’abord. On voit parfaitement que les initiatives prises en ce sens dans les régions subissent toutes les foudres soit de l’opérateur historique soit de l’état. Car on tremble de réformer un modèle qui va dans le mur.
 
Alors que faire en pleine crise ?
 
C’est apparemment le dernier sursaut à organiser. Nous pensons au collectif du Haut Allier qu’il faut frapper très fort sur deux plans, sans doute au niveau du Premier Ministre et / ou de la Présidence et sûrement avec des actions médiatiques conjointes. De quelle façon ? Au collectif #UrgenceAubrac de monter tout ça. Nous leur faisons confiance. Mais le moment est venu car il est hors de question qu’une ligne structurante de cette importance soit fermée dans l’indifférence nationale.
 
Et peut-être se coordonner avec le Comité pluraliste de défense de la ligne, à forte tendance cheminote certes, pour, en évitant les interférences de discours, mettre au point très rapidement une stratégie globale de communication et frapper un grand coup.
 
Le Collectif des Usagers du Haut-Allier apportera son soutien aux diverses initiatives.
 

 
[Mise à jour du 6 octobre]
 
Dans un communiqué repris par Midi Libre le Comité pluraliste se félicite de la réouverture récente de la ligne au trafic fret et annonce son assemblée générale :
 
Réaction à la suite de la réouverture de la ligne Béziers-Neussargues.

Répondre à cet article