Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil du site > En Train > Ligne ferroviaire Béziers - Neussargues - Clermont Fd : manifestation le 25 (...)

Ligne ferroviaire Béziers - Neussargues - Clermont Fd : manifestation le 25 avril à Millau [MAJ]

mardi 21 avril 2015, par MG

A l’initiative de "Convergence nationale rail" :
 

Rassemblement « des mille papiers »
MILLAU 25 avril 2015
pour défendre à la fois l’intercités "L’Aubrac"
et toutes les lignes menacées en France !

 

Programme :
 
8 h 30 – 10 h Gare de Millau :
Accueil – Petit déjeuner aveyronnais – animation musicale.
(Une participation financière sera demandée)

10 h Discours d’accueil du Maire de Millau
Puis départ de la manifestation dans les rues de Millau.

11 h Sous-préfecture :

  • Installation du rassemblement des « mille papiers » que nous accrocherons aux grilles de la sous-préfecture. Chacun portera un stylo pour écrire ses souhaits revendicatifs sur un papier qui lui sera fourni et chacun portera une pince à linge pour accrocher ce papier à un système que nous mettrons en place.
  • Pose de trois mètres de rail pour symboliser l’ancrage du monde cheminot avec la ville de Millau.
  • Prise de parole d’un représentant de CONVERGENCE NATIONALE RAIL
    et conclusion par Jacky Tello pour le Comité Pluraliste.

11 h 45 Départ de la manifestation jusqu’à la gare et dislocation du rassemblement.

12 h – 13 h 30 Repas tiré du sac dans une salle à proximité de la gare.
 

Contact président CNR : Jacky Tello au 06 08 17 58 87
 

[Mise à jour du 25 avril]
 

Dans les médias :
 
On retiendra surtout de tous ces reportages le lamentable ressenti suivant : Maintenez l’Aubrac pour préserver nos emplois de cheminots !
 
Pour nous usagers il s’agit d’un discours mortifère, révoltant, à très court terme, sans vision, et qui va à l’encontre des objectifs souhaités : il ne s’agit pas de sauver le train Aibrac pour les salariés qui y travaillent MAIS BIEN POUR LES USAGERS qui exigent une offre de service correcte de la part du gestionnaire !!!
 


La SNCF va-t-elle fermer la ligne entre Béziers et Clermont-Ferrand ?
 
Oui la question n’est vraiment pas nouvelle mais elle se pose à nouveau avec le rapport Duron. Le gouvernement a confié au député Duron une étude sur ce qu’on appelle les trains d’équilibre du territoire, c’est un joli nom, joli nom pour désigner les trains qui ne sont pas rentables du tout. Les partisans du train de l’Aubrac vont manifester à nouveau demain à Millau.
 
On l’appelle train de l’Aubrac mais aussi train des champignons tant le convoi ralentit à certains endroits où les rails vétustes poseraient des problèmes de sécurité à vitesse normale. Si lentement qu’on peut se pencher pour cueillir des champignons s’amusent les rares voyageurs qui l’empruntent encore. Moins de 50 000 par an. Un aller retour par jour. Cela dit sur des portions de parcours il y a des voyageurs : entre Bédarieux Magalas et Béziers notamment, une centaine de réguliers chaque jour avec 4 allers et retours dont un par autocar. 35 minutes de trajet et l’application du tarif à un euro aux heures creuses... En fait quand c’est l’autocar. Sinon 4 euros l’aller simple. Mais ce résultat partiel, en soit très modeste ne compense pas la faiblesse financière de l’ensemble pour la SNCF qui a d’autres priorités, au grand dam de ceux qui vont manifester au nom de la défense du service public.
 
Manifestation demain à Millau pour les partisans du train de l’Aubrac.
  • France 3 Languedoc Roussillon au journal de 19 heures du 25 avril [script] :

Son nom invite au voyage : la ligne des Causses est une ligne de trains reliant le Cantal et l’Hérault de Neussargues en Auvergne à Béziers en Languedoc Roussillon. Elle traverse l’Aubrac mais elle est menacée. Aujourd’hui près de 600 personnes se sont mobilisés pour la défendre à Millau. Reportage.
 
On les appelle l’Aubrac ou le Cévenol, des trains Intercités qui ont depuis quelques décennies leurs défenseurs. aujourd’hui ils étaient plus de 600 rassemblés à Millau. Dans la foule : élus cheminots ou simples citoyens de la région venus exprimer leurs inquiétudes face à une disparition imminente de ces trains dits d’équilibre du territoire.
 
« Ca peut être retardé mais ce qui se fera se fera. »
 
Vous êtes pas très confiant ?
 
« Je pense que ce sera difficile. Si on fait rien c’est encore pire. »
 
« Je suis venu par solidarité avec les cheminots, premièrement, essayer de faire en sorte que les services publics redeviennent ce qu’ils étaient c’est-à-dire faits pour le public. »
 
Au cœur du débat la fameuse liaison Béziers Neussargues trait d’union historique entre zones urbaines et rurales. Une ligne à l’agonie jugée pourtant indispensable tant pour le fret que pour les voyageurs.
 
Jacky Tello, président du comité pluraliste :
« Il faut revenir à une décision qui est sage, c’est-à-dire le maintien de l’Aubrac, le maintien du Cévenol, la reprise de la modernisation de telle sorte à donner un outil utile mais qui est fort indispensable au territoire du massif central. »
 
Réunis devant la sous-préfecture de Millau les cheminots ont posé symboliquement des rails pour montrer leur attachement à un réseau qu’ils comptent bien défendre jusqu’au bout.
 
Stéphane Chauchard, employé SNCF :
« Ils veulent tout nous casser, tout nous crever et nous on veut garder notre métier et rester là dans la région et voilà quoi. »
 
Il y a combien d’emplois sur cette ligne ?
 
« Il y a 550 ou 560 emplois et sur Millau il y a 80, 83 familles à peu près. »
 
D’autres actions se profilent déjà sur tout le territoire pour défendre l’ensemble des lignes menacées, pour sauver l’Aubrac voué à disparaître dès septembre. Les syndicats comptent bien de leurs côtés encourager un maximum d’élus à venir rejoindre le combat.