Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > Massif central : le train a de l’avenir en Sud-Aveyron

Massif central : le train a de l’avenir en Sud-Aveyron

mercredi 7 novembre 2018, par Le Collectif

Nos collègues qui travaillent à la défense de la ligne Béziers Clermont-Ferrand sont à l’honneur et font des propositions dans un article d’Aveyron Digital news : Le train a de l’avenir en Sud-Aveyron.
 
Avec les prix à un euro par trajet de la Région Occitanie disponibles depuis le début de l’opération il y a quelques années, le comité de défense fait d’intéressantes suggestions pour rendre l’équipement ferroviaire attractif. Mais la SNCF le souhait-t-elle vraiment ? Certainement pas contrairement à la région. L’entreprise dite ferroviaire qui est en train d’augmenter les tarifs des prestations aux régions de telle sorte que tout projet de remise en état capote.
 
On en arrive à un point où on se demande s’il serait pas plus salutaire de virer à grands coups de pompes cette société de la gestion du réseau ferré français. C’est peut-être la solution pour remettre sur rail l’ensemble du réseau.
 
Extraits de l’article :
 


En 2018, sur l’Aubrac, il n’y a eu aucun effort de la part de la SNCF pour remplir les conditions d’une expérimentation positive avec des tempos de travaux catastrophiques car réalisés en pleine période estivale, avec l’emploi de matériel non adapté pour l’acheminement…
 
Et de prendre enfin l’exemple de Séverac qui pourrait « redevenir un vrai nœud ferroviaire » : « C’est une des priorités de la Région et il faut faire des travaux pour que Séverac soit correctement rattaché à Rodez par le rail. La facture de SNCF réseau est passée de 30 à 100 millions d’euros. La SNCF surfacture pour rendre impossible l’engagement de la Région. La question est de savoir si ces rails seront en or. Cette somme à trois millions près, c’est ce qu’il faudrait pour rénover la voie entièrement de Béziers à Neussargues (270 km). »

 
Et oui... il va falloir virer la SNCF de la gestion du réseau historique. C’est peut-être ce que sa direction souhaite par ailleurs.
 

Répondre à cet article