Comité Mobilité Auvergne du 29 novembre 2023 à Clermont Ferrand [MAJ]

, par La rédaction

Ce mardi matin avait lieu l’annuelle rencontre entre la région Auvergne Rhône Alpes et les usagers + les acteurs de la mobilité sur la « plaque » Auvergne.
 
Le Vice-président chargé des transports Frédéric Aguilera en début de réunion répéta ce qu’il nous assène depuis des mois maintenant : vu l’investissement prévu par l’Etat (et la région dont il fait partie) il n’était pas question de réouvertures de lignes ni de vraie modernisation du réseau. Nous lui rappellerons que plusieurs régions voisines ont aménagé les budgets nécessaires et poursuivent, elles, dans le sens des réouvertures et de la modernisation du réseau et des services.
 
Or sans réseau pérenne pas d’évolution possible de l’offre en transports telle qu’annoncée : la région ambitionne de passer de 200 000 et quelques voyageurs par jour à 300 000 en 2035.
 
Nos notes en vrac :
 
Prochaine séance plénière du conseil régional dans 15 jours.
Sujet qui les préoccupe : l’ouverture à la concurrence.
 
Aguilera : « Il ne faut pas opposer les mobilités » (le bon prétexte pour investir dans le routier et l’avion).
 
La région veut au cap 2035 :
 un choc d’offres
 la décarbonation
 une concertation renforcée
 
Actuellement 220 000 voyageurs jour, cap vers 300 000 voyageurs par jour avec -30% d’offre en plus,
 130 nouvelles rames / en net 60 000 places en plus sur le parc ferroviaire.
 
« AuRA la région française qui va commander le plus »
 
 10 000 places de vélos sécurisés en gare,
 hypersimplification pour l’usager avec la carte Oura.
 investissement 5,7 milliards d’euros dont le matériel roulant. Une augmentation de 2 fois / période précédente,
 entretien et modernisation 1,5 milliard pour la maintenance des rames et de nouveaux ateliers.
 
La région AuRA demande à l’état de faire un effort sur l’infrastructure : « Chacun dans sa compétence. Etat, opérateurs, région ».
 

 
Sur l’ouverture à la concurrence : « Prudence, pas de précipitation »
 
La région veut homogénéiser les services : transparence pour l’usager. Discussions en cours avec SNCF Réseau, prenant en compte les contingences industrielles.
 
Une fois les lots ouverts : processus longs, entre 5 et 6 ans.
 
Organisation de tout le transfert de propriété des trains et ateliers vers la région.
 
La ligne Clermont Lyon sera gérée par Lyon.
 
Sur la nouvelle convention TER (/ SNCF) 2024 - 2033 (théorique)
 
Pour plus de transparence des actions de la SNCF :
 Mise en place d’outils coercitifs car « le delta est considérable entre ce qui est commandé à la SNCF et la réalisation »
 
Remarque usagers :
 rien de possible sans infrastructure correcte
 sur l’inter régional beaucoup de problèmes pour l’offre tarifaire
 
Réponse Aguilera :
 refonte des modes de tarification (vers le mode forfait)
 sur la régularité : la moitié des problèmes sont imputables à SNCF Réseau (infrastructure) et 50% à la gestion.
 « Accompagnement de SNCF Réseau pour la modernisation 2,2 milliard horizon 2035 (600 millions de progression) »
 
Réouvertures :
 
Etat impose page 18 de la convention CPER : pas de réouvertures de lignes.
Pour la région AuRA dans le CPER l’actuel défi c’est « pas de fermetures » (NDLR : air connu).
 
Il faudrait 300 à 400 Millions pour rouvrir les lignes (soit 50% du budget).
Sur Thiers Boen : la région s’engage sur « pas de démantèlement et entretien ».
 
« La région ne peut pas tout faire » dit Aguilera.
 
Remarque des usagers de Montluçon :
Si les lignes sont maintenues en l’état elles vont fermer d’elle-mêmes faute d’alternatives crédibles.
 
Réponse :
« Il faudrait 600 à 700 M pour remettre à niveau les petites lignes ».
L’état propose 30/50 M pour les lignes des Cévennes et Aubrac.
La région pousse à 200 à 250 M d’euros (NDLR : seulement car manque d’ambition).
 
Question : pour une augmentation de l’offre c’est quand ? 2029 ?
 
Réponse : On commence par les études du RER clermontois.
 
Aguilera :
« Il faudrait augmenter le service du train sur Clermont Thiers ». Il y a des difficultés de gestion des autobus.
 
Question de l’association letrain634269 sur la différence de prix du billet défavorable au train (10e un Thiers Clermont) par rapport au bus (3e).
 
Réponse de la région :
 au contraire il y aurait des difficultés d’emport sur les trains car trop grosse fréquentation,
 il y a des tarifs réduits pour les jeunes,
 comparaison à faire avec les bus département.
 
Il y a une remise à plat en cours pour optimiser les offres trains.
 
Selon Aguilera : « Pas de transfert du train vers le car »
 
Hydrogène :
 
Une station d’électrolyse à hydrogène sera installée à Clermont.
Remarque d’usagers : en Allemagne on se tourne plutôt vers les batteries.
Réponse : c’est une expérimentation... la région va tester les 2 modes. Sur l’Auvergne le système à batteries semble compliqué à exploiter à cause de l’autonomie et de la non électrification.
 
Remarque de la FNAUT : « L’Auvergne a été trop souvent territoire d’expérimentation, sans jamais de mise en oeuvre. »
 
Réponse Aguilera : Soyons modestes.
 
Christian Roy de l’association Retour du train des Volcans : la ligne des volcans particulièrement adaptée pour le train à batteries !
 
Question d’un usager handicapé :
Les nouvelles rames seront-elles adaptées au handicap ? Réponse oui mais pas toutes.
 
Voici la présentation commentée. Vous pouvez vous servir de l’audio ci dessous (plus de 3 heures de réunion) :
 

 
Merci d’excuser la qualité de capture de l’écran.
 

 
[MAJ]
 
Nous ajoutons ci-dessous la présentation officielle puisque reçue ce 7 décembre, nous étions mauvaise langue
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Notre avis sur la nouvelle convention pour les 10 années à venir :
 
Beaucoup d’outils coercitifs pour une meilleure prise de décision de la région, soit, MAIS OU SONT LES OBJECTIFS DE MODERNISATION DES SERVICES dans la feuille de route ?
 
L’Occitanie avec l’objectif de 100 000 voyageurs /jour met 800 Millions dans l’infrastructure dans le CPER (et les réouvertures prises à sa charge). La région AuRA avec son objectif de 300 000 voyageurs et « pas de fermeture » et entretien à minima met combien ? A part dans le matériel roulant où un effort important est effectivement fait.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Aguilera sur la décarbonation : « Faire tourner les trains diesel ne va pas décarbonner ». NDLR : C’est faux, le train même tracté par une locomotive diesel est toujours plus vertueux que le transport individuel rapporté bien sûr au nombre de voyageurs.

 
Figeac : le poste d’aiguillage informatisé a été mis en service en juillet

 

 
Lyon Clermont : 2 trains supplémentaires le week-end

 
La ligne des Cévennes

 
Clermont Nîmes : circulation du 4ème train AR en 2024 du 1er juin au 15 septembre.
 
Vous savez que nous avons demandé une liaison matinale de La Bastide à Clermont. Desserte qui n’existe pas actuellement.
 
Or il y a la possibilité d’une correspondance avec le train Mende La Bastide Nîmes qui passe à la Bastide St Laurent à 5h55 pour une arrivée dans la matinée à Clermont entre 9h et 10h. Dans l’autre sens sera bienvenu un train de soirée Clermont La Bastide.
 
Interrogé, Frédéric Aguilera nous dit que notre demande est étudiée (écoutez l’audio) et que le service est « perfectible sur le train TER du matin ». D’où : espoir.
 
La ligne des Causses

 
Aubrac : maintien en 2024. La convention en passe d’être signée avec 39 millions de l’Etat dont 10% de SNCF Réseau.
 
Sur le remplacement des rails double champignon : pas de précisions mais réunion à venir.
 
L’étoile ferroviaire d’Aurillac

 

 
Etoile Aurillac : Remise en route de Clermont Toulouse direct. Renfort d’une desserte scolaire et maintien des correspondances à Brive avec les Intercités POLT. Ajout d’arrêts aux trains de 5h et 14h10.
 
Aurillac - Clermont : mise en place de correspondances autocars pour le Llioran avec le nouveau train de nuit au service 2024.
 

 

 

 

 

 
Montluçon Clermont : 1 service supplémentaire le week-end à partir du 2 septembre 2024. Renfort de l’offre de soirée par autocar le samedi au service 2024.
 
Sur Clermont - Thiers :
 
Des ajustements horaires pour diverses correspondances.
 

 

 

 

 

 

 

 
JPEG
 

 
Sur le ressenti de cette rencontre, l’ensemble des présents note une meilleure maîtrise des sujets ferroviaires par le Vice-président et un échange avec les usagers plus serein.