Suivre la vie du site RSS 2.0

Accueil > En Train > Jean Castex : retour du train de nuit Paris Aurillac en 2023

Jean Castex : retour du train de nuit Paris Aurillac en 2023

mardi 18 janvier 2022, par La rédaction

Le premier ministre s’est fendu d’un courrier aux élus hier annonçant le retour de la ligne de train de nuit Paris Brive Aurillac avant fin 2023 comme il l’avait évoqué il y a quelques mois lors d’une visite à Aurillac :
 
"L’État financera cette desserte dans le cadre de la convention d’exploitation des trains d’équilibre du territoire" nous dit-on. On n’en attend pas moins puisque effectivement c’est un service public destiné à atteindre l’équilibre entre les territoires riches etc eux qui le sont moins, et il ne sera jamais "rentable".
 
Ainsi l’annonce a été faite hier par France Bleu Pays d’Auvergne mais aussi par la préfecture du Cantal qui a publié un article sur son site et twitté à tout va la bonne nouvelle...

avec des détails au conditionnel :


... à la recomposition du train de nuit Paris-Rodez – (Albi) / Toulouse (« l’Occitan »). Le train comprendrait des voitures pour Aurillac, qui seraient séparées à Brive-la-Gaillarde. A l’instar de ce qui existe aujourd’hui sur la desserte de Rodez et Albi, une composition de trois voitures (1 voiture de 1ère classe, 1 voiture de 2ème classe et 1 voiture avec places assises) pourrait accueillir environ 170 voyageurs jusqu’à Aurillac.

...un article où, ça ne vous a pas échappé, une carte est jointe comportant une prolongation vers Clermont-Ferrand "en crochet" :

Le Collectif Oui au Train de nuit Cévennes Auvergne réagissait dans la foulée sur Twitter :

Si nous nous réjouissons du retour de ce train de nuit qui a bien existé via la ligne du train de nuit "Occitan" Paris Toulouse et qui fut supprimé, la lettre aux élus parle bien d’un Paris Aurillac et on ne comprend pas la carte diffusée par la préfecture du Cantal. Par ailleurs celle-ci n’est relayée par aucun des médias ce matin ce qui indiquerait que le courrier du Premier ministre n’en comportait pas. En tous cas le communiqué de l’AFP ne semble pas en comporter. Alors erreur des services préfectoraux ou démarche intentionnelle ?

Répondre à cet article