Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > La SNCF flic des aides publiques à son égard

La SNCF flic des aides publiques à son égard

jeudi 13 décembre 2018, par La rédaction

Elle adore jouer ce rôle, celui de shérif des citoyens, des élus, ses sujets... Non pas ses usagers, pas ses voyageurs, ça on sait que depuis longtemps en zone rurale ils passent au second plan, mais faire la police envers ses clients ça ça lui plait, soit pour récupérer les sous sous des soit-disant fraudeurs à coups d’amendes de 100 euros et de tribunaux, même lorsque ceux ci n’ont pas pu acheter leurs billets hors des trains à cause des guichets et gares qu’elle ferme à tour de bras.
 
Aux nombreux témoignages des usagers pris pour vaches à lait, ajoutons maintenant en exemple ce qui s’est passé à Neussargues :
 
" Le guichet de la gare de Neussargues est fermé depuis le 01-12
 
La maison des services et du tourisme devait assurer la succession après installation complète des terminaux et formation de la fille opératrice.
 
3 jours avant "l’ouverture" descente d’agents de la SNCF : "On enlève tout, motif : pas de convention signée"
 
Et depuis aucune nouvelle....
 
La fille note quand-même les demandes de billets (2-3 visites par jour)... "

 
Ajoutons autre chose : en début de mois de décembre nous apprenons que la SNCF a mis en demeure l’état et la région AURA concernant les travaux d’entretien de la ligne Clermont Nîmes entre Langogne et Brioude : elle exige sous peine de fermeture rapide de la ligne le versement d’un budget pour 2018 2019.
 
Car on le voit la société dite ferroviaire est prête à abandonner son réseau historique au moindre faux pas des décideurs.
 
Non elle n’a pas le budget de quelques dizaines de milliers d’euros pour parer à ce genre de soubresaut politique, entre l’état et la région.
 
Non elle ne fera rien et en profitera pour fermer la ligne comme elle le fait depuis des décennies dans le pays. Merci Grand Pipo.
 
Oui c’est bien elle avant tout et ses dirigeants que les citoyens amèneront en premier à l’échafaud le temps venu pour dilapidation et non gestion d’un réseau de vie public.

Répondre à cet article