Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil du site > En Train > Régionales : lettre ouverte aux candidats sur l’avenir du train dans le (...)

Régionales : lettre ouverte aux candidats sur l’avenir du train dans le massif central [3 réponses sur 10]

dimanche 6 décembre 2015, par MG

Malgré nos relances quotidiennes seuls 3 candidats, Dominique Reynié, Gérard Onesta et Jean-Charles Kohlhaas ont daigné répondre à la lettre des 4 groupes de défense d’utilisateurs des transports publics en milieu rural et de montagne. Les réponses sont affichées en bas d’article.
 

Bien entendu devant ces silences méprisants et délibérés les usagers tireront toutes les conséquences pour leur éventuel vote des 6 et 13 décembre.

 
Par contre on fait les beaux sur Twitter
 
Ca évite de répondre aux dossiers et surtout ça brasse de l’air pour rien. Avec photos svp. Ils sont très présents à tweetter et retweeter, à invectiver, à s’autoglorifier, à remercier... et ne parlons pas de Facebouk !






 



 
Quatre organisations du massif central, indépendantes, ont adressé ce jour 13 novembre la lettre suivante :

Aux candidats à la présidence des régions
Languedoc Roussillon Midi Pyrénées
Rhône Alpes Auvergne.

Le 13 novembre 2015.

Monsieur, Madame.

Quelle politique comptez-vous conduire pour renouer avec l’attractivité du réseau ferroviaire qui irrigue le massif central très menacé par les objectifs d’une société dite des chemins de fer français qui s’en détourne et préfère des zones moins rurales et plus juteuses ?

Nous sommes impatients de lire votre réponse que nous répercuterons aux usagers des transports du quotidien et aux médias.

Avec nos salutations.

Collectif des Usagers des Transports du Haut-Allier
http://usagers-transports.haut-allier.eu

Association des usagers de la SNCF du Gard et des départements limitrophes
http://usagerstergard.free.fr

Comité de Défense des Services Publics et des Usagers dans les Hautes-Cévennes
http://servicespublicshautescevennes.over-blog.com/

Collectif citoyen pour la défense de la gare de Villefort

 

PDF - 23.4 ko

 
 

[Réponses]
 

  • Le 1er décembre Dominique Reynié (Les Républicains - UDI - Société Civile - CPNT - Mouvement démocrate)(Midi Pyrénées Languedoc Roussillon) :
     

Concernant votre demande, je vous assure que nous ferons tout pour maintenir les Trains d’Equilibre du Territoire que sont les lignes Clermont-Nîmes et Clermont-Béziers.
 
Ces lignes maillant le Massif Central nous paraissent essentiel pour assurer la vie de ces territoires ruraux.

 

  • Le 3 décembre Jean-Charles Kohlhaas (EELV Front De Gauche Nouvelle Donne NGS )(Rhône-Alpes-Auvergne) :
     

Madame, monsieur,
 
Nous avons bien reçu votre interpellation en direction des candidats du Rassemblement citoyen, écologique et solidaire aux élections régionales des 6 et 13 décembre 2015. J’apprécie votre démarche car c’est un sujet que je connais bien et sur lequel je me suis plusieurs fois positionné ces derniers mois, en particulier auprès des militants du Cévenol.
 
En ce qui concerne la ligne des Cévennes, notre action au conseil régional d’Auvergne Rhône-Alpes, en liaison avec celui du Languedoc Roussillon Midi-Pyrénées, aura pour objectif, non seulement de renouer avec les meilleurs temps de parcourus des années 1970, où l’autorail panoramique le Cévenol reliait Clermont-Ferrand à Nîmes en moins de 4h30 (plus de 5 h en 2015), mais de poursuivre la modernisation de la ligne pour obtenir un temps de parcours de 3h45 en relevant les vitesses partout où cela sera possible et, si possible, avec un automoteur pendulaire, de 3h30.
 
Ces temps de parcours ont été calculés sur la base des essais de l’automoteur pendulaire effectués en mars 1994 entre Langogne et Alès.
 
Certes, le montant de la modernisation complète risque d’atteindre 300 millions d’euros mais elle sera certainement plus utile aux habitants que le projet de LGV Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon qui fait doublon à la ligne Lyon-Paris et dont le coût global est estimé entre 15 et 20 milliards d’euros. La priorité du Rassemblement citoyen, écologique et solidaire sera la modernisation de la ligne des Cévennes.
 
Les trains du quotidien sont notre priorité, nous préférons nous « contenter » de TGV existants et roulant à 250 km/h pour permettre l’investissement sur des lignes de desserte régionale.

 

 

  • Le 2 décembre Gérard Onesta (EELV Front De Gauche Les Citoyens Signataires Le Parti Occitan NGS )(Midi-Pyrénées Languedoc Roussillon) :
     

Madame, monsieur, j’ai bien reçu votre interpellation en direction des candidat-e-s aux élections régionales des 6 et 13 décembre 2015. Je comprends votre démarche et votre souci de clarté de la part des candidat-e-s qui se présentent aux suffrages de nos concitoyen-n-e-s. Comme vous l’imaginez il m’est difficile de satisfaire à toutes les sollicitations et de répondre à l’intégralité des questionnaires qui me sont adressés, néanmoins j’ai tenu à prendre le temps de répondre aux interrogations de votre collectif de la manière qui me semble le plus juste et la plus précise possible.
 
En ce qui concerne la ligne des Cévennes, notre action au conseil régional LRMP en liaison avec celui de Auvergne Rhône-Alpes aura pour objectif, non seulement de renouer avec les meilleurs temps de parcourus des années 1970, où l’autorail panoramique le Cévenol reliait Clermont-Ferrand à Nîmes en moins de 4h30 (plus de 5 h en 2015), mais de poursuivre la modernisation de la ligne pour obtenir un temps de parcours de 3h45 en relevant les vitesses partout où cela sera possible (140 à 160 km/h entre Alès et Nîmes par exemple) et, si possible, avec un automoteur pendulaire, de 3h30.
 
Ces temps de parcours ont été calculés sur la base des essais de l’automoteur pendulaire effectués en mars 1994 entre Langogne et Alès. Certes, le montant de la modernisation complète risque d’atteindre 300 millions d’€
 
Mais le cout des quatre inutiles gares "TGV" entre Nîmes et Narbonne est
évalué à 465 millions d’€
 
La priorité de Nouveau Monde sera la modernisation de la ligne des Cévennes.
 
Les trains du quotidien sont notre priorité, nous préférons nous « contenter » de TGV qui rouleraient à 250 km/h entre Toulouse et Bordeaux ou Montpellier et Perpignan, en lieu et place des LGV évoquées, pour permettre l’investissement sur des lignes de desserte régionale.
 
Je vous joins à ce courrier un article du 1er Octobre qui relate la mobilisation que nous avions mise en place pour dénoncer la mise en place d’un car en substitution de la ligne du Cévenol.