Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > Ailleurs > Gros forcing SNCF auprès des élus : on va vous en vendre de la mobilité (...)

Gros forcing SNCF auprès des élus : on va vous en vendre de la mobilité légère !

dimanche 20 mars 2022, par La rédaction

C’est la mode en France en ce moment, conséquence de l’abandon de l’état, plus ou moins assumé, envers les territoires, qui refuse de financer notamment les lignes ferroviaires historiques d’équilibre du pays trop coûteuses et pas assez rentables, comme si des liaisons interrégionales destinées à donner les mêmes services de mobilité à tous les « pays » traversés devaient à tout prix s’autofinancer, donc il faut absolument proposer, sur ces lignes qu’on ne veut plus entretenir, soit carrément des pistes vertes pour vélos, et là on arrache tous les rails, on déferre, soit en gardant les rails, des véhicules moins coûteux que le train traditionnel. Moins lourds notamment, d’où cet engouement à chaque crise, du "train léger".
 
Des trains ou des « machines » s’apparentant plus à des voitures ?
 
Ainsi on apprend que la SNCF, qui prévoit tout, a investit dans deux sociétés,
 
- une pour le train léger « innovant », c’est toujours innovant chez la société dite ferroviaire, nous citons : "avec de nombreux partenaires industriels (CAF, Texelis, Thales, Alstom, etc.) et associant aussi le Ferrocampus de la région Nouvelle-Aquitaine, à Saintes (Charente-Maritime) qui servira de centre d’expérimentation et de laboratoire pour ce nouveau système ferroviaire complet s’appuyant sur un train léger innovant et une approche de l’infrastructure adaptée. L’échéance de mise en circulation du système est prévue à l’horizon 2029. L’objectif est de réduire de 30% les coûts totaux du système pour une desserte donnée",
 
- une autre dans le système Draisy, expérience SNCF menée dans le Grand Est et les Hauts-de-France avec l’industriel Lohr et des PME comme IBS pour les batteries et Stations-e pour les systèmes de recharge électrique dans les gares, qui repose sur un train modulaire de 30 places assises (80 voyageurs maximum) de la taille d’un bus. Nous citons toujours : "Cette solution, permettant d’augmenter la fréquence de l’offre ferroviaire, est destinée aux petites lignes ou tronçons de lignes à faible trafic. Elle vise à diviser par deux le coût du transport ferroviaire au voyageur.km et pourrait équiper à terme entre 40 et 80 petites lignes. Les premières expérimentations seront réalisées en 2024 sur une petite ligne pilote en région, d’abord avec une base roulante puis avec un démonstrateur à partir de 2025".
 
Sur les deux projets aucun essai effectué, pas de réel, rien, autrement dit du vent pur sur papier. Du vent SNCF. Et le gouvernement Macron prend cela très au sérieux lui qui a lancé un appel à manifestation d’intérêt « Digitalisation et décarbonation du transport ferroviaire » dans le cadre du plan d’investissement France 2030.
 
Le machin SNCF nommé Draisy

 
Nous citons : "Ces projets de trains de nouvelle génération et de systèmes ferroviaires adaptés, qui visent notamment les petites lignes, seront soutenus à hauteur de 75 millions d’euros."
 
Le gouvernement a d’ailleurs dévoilé ce 15 mars les cinq premiers lauréats du volet. On l’apprend ici : Trains légers - cinq premiers projets sélectionnés dans le cadre du plan France 2030.
 
Un projet supplémentaire soutenu par la région Occitanie : Ecotrain, une navette automatisée sur batteries de 30 places sans conducteur. Intéressant.
 
Flexmove qui n’est autre qu’une voiture individuelle pouvant emprunter les rails.
 
Le dernier projet sélectionné n’est pas un véhicule mais un nouveau système de signalisation adapté aux projets précédents.
 
SNCF s’occupe aussi du « dernier kilomètre » vous savez ce concept fumeux qui parle du trajet gare - domicile et bien là aussi la société dite ferroviaire a pensé à tout : elle propose d’enlever les rails pour goudronner et installer une route...
 
Une nouvelle vie high-tech pour les anciennes voies ferroviaires
 
Et Flexy !

 
La presse est ravie et ne se pose pas trop de questions :

 
- Auto-Infos : La SNCF présente Flexy, une navette sur route et sur rail !
- L’Indépendant de Perpignan du 17/03 : Transport - deux projets de trains électriques légers en Occitanie
- Ville-intelligente du 25/02 : Flexy, la navette électrique rail-route de MILLA va rouler pour la SNCF
- AVEM du 11/03 : La SNCF va tester une navette électrique rail route Flexy

 
Les élus des abords des petites lignes se feront ils berner ?

 
Alors que les territoires ruraux n’en peuvent plus de tirer les sonnettes d’alarme sur leurs mobilités perdues, voir les propositions de l’association des maires de France,
 
Alors que l’Etat trouve les moyens de financer (11 milliard d’euros) la TGV Bordeaux Toulouse qui va faire gagner 55 minutes aux toulousains allant à Paris,
 
il refuse de mettre l’argent pour rénover et moderniser les lignes vitales historiques du pays. Il tente de refiler les lignes qu’il ne veut plus entretenir aux régions et communautés de communes. Et pour les trains qu’il ne veut plus financer non plus il leur propose une solution de voiture individuelle pouvant rouler sur les rails.
 
De qui se moque-t-il ? Des territoires c’est sûr ! De nous, ruraux en premier. Nous n’avons qu’à habiter certaines métropoles.
 
L’Etat se trouve en présence, pour développer ses mobilités, d’une entreprise dite ferroviaire dont les résultats sont les pires d’Europe, témoin cet extrait du « Contrôle budgétaire sur la situation financière et les perspectives de la SNCF du Sénat, mars 2022 » : " L’amélioration des perspectives financières de la SNCF passera nécessairement par une augmentation très significative de sa compétitivité. Les dernières données publiées par l’IRG-Rail 1 révèlent qu’elle est aujourd’hui nettement inférieure à celle de ses homologues européens. Le coût des services conventionnés (TER, Transilien, intercités) est le plus élevé en Europe. Ce constat est particulièrement prononcé sur l’activité TER avec des coûts de roulage supérieurs de 60 % à l’Allemagne. Cette situation tend à s’aggraver puisqu’entre 2006 et 2018 les contributions des régions aux TER ont augmenté de 92 % en France tandis qu’elles ont baissé de 34 % en Allemagne."
 
Pour s’amuser un peu plus avec « le train léger »
 
- L’Usine Nouvelle du 11/05/21 : Un transport ferroviaire léger sauvera les petites lignes
- L’excellent Transport rail : Des trains plus légers pour les petites lignes ? (1)
- Le Monde du 4/6/21 : Pour relancer le ferroviaire local, le rail ultraléger fait son chemin
- Midi Libre du 16/05/21 : Un train léger et modulaire taillé pour les petites lignes
- Les Horizons du 18/03 : Taxirail, un train léger et autonome pour sauver les petites lignes ferroviaires ?

1 Message

  • Gros forcing SNCF auprès des élus : on va vous en vendre de la mobilité légère ! Le 31 mars à 16:28, par MORET Bernard. 87270 COUZEIX (Limoges)

    Un peu dans le même domaine, cf. l’article publié ce jour dans Le Monde, concernant le système « SK », (qui prévoyait des cabines tractées par câble), imaginé en 1988, j’ai bien dit 1988 !, sur la commune de Noisy-le-Grand (Seine-St-Denis), projet qui n’a bien évidemment jamais connu de suites pour diverses raisons.....
    Cela montre que rien ne change vraiment dans notre pays et qu’on est toujours en plein délire !
    Bernard MORET

    Répondre à ce message

Répondre à cet article



Le Collectif
Nous, Voyageurs !
Massif central

mutualise
- Les Usagers SNCF
du Gard et des dpts
limitrophes
- Le Comité de Défense
des services publics
en Hautes Cévennes
- Les Usagers des
transports de
la Lozère
- Les Usagers des
transports du
Haut Allier




Brandissez
Ni Moutons
Ni Dindons

La Charte du
Voyageur !!!