Suivre la vie du site RSS 2.0


Contact

Accueil > En Train > Trains de nuit et massif central : Castex va confirmer un Aurillac (...)

Trains de nuit et massif central : Castex va confirmer un Aurillac Paris

dimanche 31 octobre 2021, par La rédaction

Le Premier ministre en visite dans le Cantal a promis, selon France Bleu Pays d’Auvergne, qu’il annoncerait une date de retour du train de nuit Aurillac Paris avant la fin de son mandat, soit avant avril 2022.
 
Voir l’article sur France Bleu Pays d’Auvergne : Dans le Cantal, Jean Castex promet le retour du train de nuit Paris-Aurillac
 
L’article ci-dessous en copie d’écran :
 

 
Oui mais quel tracé ?
 
C’est important pour la desserte de tout le massif : le trajet proposé sera sans doute Aurillac par Brive et Paris, c’est à dire celui envisagé dans le rapport TET IC qu’a rendu public le gouvernement au début de l’année et sur lequel nous avions réagi ( Desserte du Massif Central par les trains de nuit : le couperet est tombé, c’est NIET ! ).
 

 
Cette annonce au printemps prochain est vraisemblable car elle ne nécessite que l’adjonction de 4 voitures de couchettes, déjà commandées, à la rame de TDN Paris Toulouse / Rodez.
 
Absolument rien ne prouve que le Premier ministre annoncera également le prolongement vers Clermont Ferrand tant la solution paraît incongrue et aberrante. Rappelons aussi que la solution de « remontée d’Aurillac vers Clermont » était conditionnée dans l’étude remise au ministre des transports à une rénovation du tronçon Arvant Aurillac. A notre connaissance il n’y a pas encore eu de communication en ce sens.
 
Et si la solution de remontée vers Clermont Ferrand est conservée ?
 
Et bien s’il y a persistance dans l’erreur le Collectif Oui au Train de nuit en profiterait pour demander en compensation un Aller Retour supplémentaire en TER entre Nîmes et Clermont Ferrand et un AR de plus entre Béziers et Clermont. Afin de « rabattre » les usagers du sud du Massif central vers le TDN. Ce ne sera pas du luxe avec les 3 trains quotidiens circulant sur la ligne des Cévennes par exemple.
 
Un semblant de calendrier ?
 
On s’autorise à penser, comme disait Coluche, dans nos milieux d’observateurs, qu’aucune annonce ne sera faite pour le sud du Massif central et que des solutions seront proposées bien plus tard.
 
La solution Aurillac Brive Paris semble être une solution facile pour le gouvernement. Elle pourra voir le jour assez rapidement. Par contre pour le reste du Massif les voitures couchettes ne sont pas commandées, aucun budget n’est prévu à ce stade, l’infrastructure ferroviaire est en train d’être rénovée mais le sera entièrement sans doute pas avant 2025. Malgré les demandes pressantes des élus et des usagers le gouvernement peut attendre soit que la mode du train de nuit s’essouffle, soit qu’il ait une vision plus claire sur l’avenir des deux lignes Aubrac et Cévenol. L’étude commandée par les deux régions qui lui sera remise en décembre y participera sans doute.
 
En tous cas il devra s’efforcer d’apporter une perspective « train de nuit » pour les Cévennes, du haut Allier, de l’Aubrac sans quoi l’ensemble des élus et des habitants, victimes du délitement constant du réseau ferroviaire depuis des décennies, resteraient dans l’incompréhension.

8 Messages

  • Bonjour,

    Il est théoriquement possible de prolonger la tranche Autillac jusqu’à Mende en passant par la section Nord de la ligne des Causses. Cela permettrait à la fois d´aligner Bretenoux-Biars, Laroquebrou, Aurillac, Vic-sur-Cère, Le Lioran, Murat, Neussargues, St-Flour, St-Chély, Aumont-Aubrac, Marvejols et Mende.
    Cette tranchée serait détachée à Brive de celles vers Albi et Toulouse.
    Avec des lignes ayant retrouvé leurs performances nominales, il serait possible de desservir Bretenoux à partir de 5H00, Aurillac à 6H00 et Mende juste avant 9H00.

    La desserte de la section Sud de la ligne des Causses (à partir de Sévérac) pourrait relever d’un Paris - Narbonne via Millau dont le potentiel voyageurs serait assurer par les dessertes de Béziers et Narbonne.
    Ce train pourrait être bitranche jusqu’à Clermont avec un Paris - Agde reprenant la desserte des Cévennes à partir de Monistrol-d’Allier. Là aussi le potentiel serait mis en valeur par la desserte de Nîmes, Montpellier, Sète et Agde.

    N’oublions pas que les trains de nuit des Cévennes et des Causses ont été supprimés en 2003 sous l’argument d’une fréquentation trop faible. Le prolongement de ces trains à la côte méditerranéenne leur assurerait une jauge minimale de voyageurs (il n’y aurait pas d’argument fallacieux pour les supprimer) tout leur permettant d’effectuer un désenclavement du territoire.
    Idem pour le train d´Aurillac où la desserte fine d’un important nombre de gares permet de maximiser le potentiel voyageurs et le désenclavement du Massif-Central.

    Répondre à ce message

    • Le collectif Oui au train de nuit défend avec raison un train de nuit TRI branche tel qu’il existait avant 2003, c’est-à-dire une branche Nîmes Langogne Clermont, une branche Béziers Millau Clermont et celle d’Aurillac. Il nous parait évident que la solution du passage par Brive pour les deux premières branches est loufoque. Le TDN du Massif central doit passer par Clermont Ferrand. Par contre la solution pour Aurillac seule via Brive n’est pas idiote effectivement.

      Répondre à ce message

      • Bonjour, si cela peut vous intéresser voici les horaires théoriques que j’avais tracé :

        Paris <-> Aurillac <-> Mende (via Brive)
        Paris-Austerlitz 22H50 06H50
        Les Aubrais 23H50 05H50
        Brive (arrêt de service) 04H20 01H20
        Bretenoux-Biars 05H02 00H38
        Laroquebrou 05H37 00H03
        Aurillac 06H00 23H40
        Vic-sur-Cère 06H14 23H26
        Le Lioran 06H34 23H06
        Murat 06H45 22H55
        Neussargues 06H55 22H45
        St-Flour 07H13 22H17
        St-Chély-d’Apcher 07H47 21H43
        Aumont-Aubrac 07H59 21H31
        Marvejols 08H19 21H11
        Mende 08H54 20H35

        Paris <-> Millau <-> Narbonne (via Clermont)
        Paris-Austerlitz 21H50 07H50
        Nevers 00H00 05H40
        Clermont (arrêt de service) 02H00 03H40
        Banassac - La Canourgue 05H20 00H20
        Campagnac-St-Geniez 05H32 00H08
        Sévérac-le-Château 05H54 23H46
        Millau 06H12 23H28
        St-Georges-de-Luzençon 06H23 23H17
        St-Rome-de-Cernon 06H40 23H00
        Tournemire-Roquefort 06H47 22H53
        Ceilhes-Roqueredonde 07H13 22H27
        Le Bousquet-d’Orb 07H27 22H13
        Bédarieux 07H38 22H02
        Magalas 07H48 21H52
        Béziers 08H01 21H39
        Narbonne 08H14 21H26

        Paris <-> Nîmes <-> Agde (via Clermont)
        Paris-Austerlitz 21H50 07H50
        Nevers 00H00 05H40
        Clermont (arrêt de service) 02H20 03H20
        Monistrol-d’Allier 04H00 00H40
        Langogne 05H03 23H37
        La Bastide-St-Laurent 05H23 23H17
        Villefort 05H41 22H59
        Génolhac 05H56 22H44
        Grand-Combe-La Pise 06H22 22H18
        Alès 06H39 22H01
        Nîmes 07H12 21H28
        Lunel 07H30 21H10
        Montpellier 07H47 20H53
        Frontignan 07H59 20H41
        Sète 08H07 20H33
        Agde 08H20 20H20

        Que pensez-vous de ce schéma de desserte ?

        Répondre à ce message

        • Mince visiblement le site n’a pas pris en compte les sauts de ligne et la mise en page, donc ce n’est pas très lisible...

          Répondre à ce message

        • Nous avons travaillé il y a plusieurs mois ces dessertes en interne au Collectif Oui au train de nuit Cévennes Auvergne. Si vous voulez faire partie du groupe de travail merci de m’adresser un mail

          Ecrire à : marcgout
          dans le domaine : no-log.org

          .

          Répondre à ce message

        • D’accord pour Paris - Mende via Brive et Aurillac..

          Je propose même prolonger cette branche jsuqu’à - La Bastide St Laurent pour assure des correspondances sur la ligne des Cévennes

          Pour le Paris - Millau je propose autre :
          Ajout d’une tranche de 3-4 voitures couchettes/assises Rodez - Millau sur le Paris - Albi

          Pour la ligne des Cévennes il faut voir car l’État prévoit une ligne Paris - Marseille via Bordeaux pour desservir toute l’Occitanie, proposant une correspondence pour le sud des Cévennes en gare de Nice. De plus ou est l’intérêt si les Clermontois sont privées de cette offre due train de nuit ?

          Solution probable : combinaison de train TER/IC de nuit, utilisant les sillons TER d’extrême journée entre Clermont-Ferrand et Nimes et entre Paris et Bourges.

          Répondre à ce message

    • Bonjour,
      cette solution présente deux avantage : desservir deux préfectures très éloigner de Paris et mal desservi par le train et ne nécessite aucune manœuvre entre Brive et Mende...

      Répondre à ce message

Répondre à cet article